Risques et bienfaits des compléments alimentaires contre la ménopause

compléments alimentaires contres la ménopause
4/5 (2 votes)

La ménopause est un tournant significatif dans la vie d’une femme, marquant la fin de sa période reproductive. Elle survient généralement entre 45 et 55 ans, mais cette tranche d’âge peut varier considérablement d’une personne à l’autre. Le processus de la ménopause ne se produit pas du jour au lendemain. Il s’étend sur plusieurs années, divisé en différentes phases : la préménopause, la périménopause (qui précède directement la ménopause) et la post-ménopause.

Comprendre la ménopause

La ménopause est un tournant significatif dans la vie d’une femme, marquant la fin de sa période reproductive. Elle survient généralement entre 45 et 55 ans, mais cette tranche d’âge peut varier considérablement d’une personne à l’autre. Le processus de la ménopause ne se produit pas du jour au lendemain. Il s’étend sur plusieurs années, divisé en différentes phases : la préménopause, la périménopause (qui précède directement la ménopause) et la post-ménopause.

Les signes et symptômes

une personne âgée avec ménopause

Les symptômes de la ménopause sont nombreux et résultent principalement de la diminution de la production d’hormones sexuelles, en particulier des œstrogènes et de la progestérone, par les ovaires. Cette baisse hormonale se traduit alors par plusieurs symptômes, parmi lesquels :

  • Les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes sont parmi les signes les plus emblématiques et les plus partagés. Elles se caractérisent par une sensation soudaine de chaleur intense, souvent accompagnée de rougeurs et de transpiration.
  • Les troubles du sommeil peuvent être causés par les sueurs nocturnes ou par une augmentation de l’anxiété ou de la sensibilité au stress.
  • Les modifications de l’humeur, telles que l’irritabilité ou la dépression, peuvent être exacerbées par les perturbations du sommeil et les changements hormonaux.
  • Les changements dans la libido, en raison des fluctuations hormonales, peuvent affecter le désir sexuel.
  • La sécheresse vaginale est un autre symptôme fréquent, rendant les rapports sexuels inconfortables voire douloureux.
  • L’augmentation du risque de certaines maladies, comme l’ostéoporose et les maladies cardiovasculaires, due à la diminution des niveaux d’œstrogènes.

Les facteurs affectant la ménopause

Plusieurs facteurs peuvent influencer l’âge auquel une femme entre en ménopause, y compris la génétique, le mode de vie, et certaines conditions médicales. Le tabagisme, par exemple, a été lié à une ménopause plus précoce.

Gestion des symptômes

La gestion des symptômes de la ménopause varie d’une femme à l’autre et peut inclure des modifications du mode de vie, des traitements hormonaux substitutifs (THS), et l’utilisation de compléments alimentaires. Il est donc crucial de discuter de ces possibilités avec un professionnel de santé pour trouver la meilleure stratégie et la plus sûre.

Les compléments alimentaires dans le traitement de la ménopause

La recherche de solutions naturelles pour atténuer les symptômes de la ménopause a conduit à un intérêt accru pour les compléments alimentaires. Ces produits promettent de soulager les désagréments associés à cette transition hormonale sans les risques liés aux traitements hormonaux de substitution (THS). Voici un aperçu de leur rôle et de leur efficacité dans le traitement de la ménopause.

Variété des compléments alimentaires

Les compléments alimentaires contre la ménopause se présentent sous plusieurs formes, incluant des gélules, des comprimés, et des poudres, et contiennent une variété d’ingrédients actifs. Certains des plus couramment cités sont :

  • Isoflavones ou Phytoestrogènes : Substances végétales présentes dans le soja, le trèfle rouge, et l’actée à grappes noires, qui imitent l’action des œstrogènes dans l’organisme. Bien qu’ils aient été populaires pour atténuer les symptômes comme les bouffées de chaleur, leur efficacité reste débattue et leur utilisation est sujette à caution en raison de l’absence de preuves cliniques sur le long terme et de restrictions réglementaires européennes sur certaines allégations de santé​​.
  • DHEA : Une hormone naturelle qui, sous forme de complément, peut stimuler la production d’estrogènes. Bien que certains effets positifs aient été observés, notamment sur la sécheresse de la peau et du vagin chez les femmes plus âgées, son utilisation nécessite une approche prudente et individualisée.
  • Vitamine E, Gelée Royale, et Endophospholipides : Proposés pour soulager divers symptômes de la ménopause, y compris les bouffées de chaleur et pour protéger le cœur, ces compléments manquent toutefois de preuves cliniques solides pour étayer ces allégations.
  • Calcium : Recommandé pour prévenir la perte de densité osseuse, un effet secondaire courant de la ménopause. Les autorités sanitaires reconnaissent l’importance d’une consommation adéquate de calcium pour les femmes ménopausées.

Efficacité et sécurité

L’efficacité des compléments alimentaires varie selon l’individu et le type de symptôme. Certains peuvent trouver un soulagement significatif, tandis que d’autres peuvent ne remarquer aucun changement. La sécurité de ces compléments est également une considération majeure. On pense souvent qu’ils sont naturels et donc sans risque. Malheureusement, ce n’est pas forcément le cas, en effet, certains peuvent interagir avec des médicaments ou avoir des effets secondaires indésirables. Par exemple, les phytoestrogènes peuvent ne pas être bons pour les femmes ayant des antécédents de certains types de cancer​​.

Sous contrôle médical

L’utilisation de compléments alimentaires pour traiter les symptômes de la ménopause doit impérativement se faire sous contrôle médical. Un professionnel de santé peut fournir des conseils personnalisés basés sur l’histoire médicale de la patiente, ses symptômes actuels, et tout traitement en cours. Cette approche permet d’éviter les risques potentiels et de maximiser les bienfaits des compléments choisis.

Phytoestrogènes : solution ou illusion ?

La question de l’efficacité des phytoestrogènes dans le traitement des symptômes de la ménopause est un sujet de débat continu dans le monde médical. On présente souvent comme alternative naturelle aux traitement hormonaux de substitution les phytoestrogènes, ou estrogènes végétaux, présents dans le soja, le trèfle rouge, et l’actée à grappes noires. Cependant, la réalité de leur efficacité et de leur sécurité est plus nuancée.

Efficacité des phytoestrogènes

Les phytoestrogènes imitent l’action des œstrogènes dans l’organisme, ce qui en théorie pourrait aider à soulager certains symptômes de la ménopause tels que les bouffées de chaleur. Toutefois, les études sur leur efficacité montrent des résultats mitigés. Alors que certains recherches suggèrent une réduction légère des bouffées de chaleur et d’autres symptômes, d’autres études indiquent que les phytoestrogènes ne sont pas plus efficaces qu’un placebo​​.

Comparaison avec les traitements hormonaux de substitution

Comparés aux estrogènes de synthèse, les phytoestrogènes semblent alors moins efficaces. Les traitements hormonaux de substitution soulagent les symptômes de la ménopause chez environ 70 % des femmes, contre seulement 30 % pour les phytoestrogènes. Cette différence significative soulève des questions sur la viabilité des phytoestrogènes comme solution principale pour la gestion des symptômes de la ménopause​​.

Préoccupations de sécurité et restrictions réglementaires

Les autorités sanitaires européennes ont restreint les allégations de santé que les produits contenant des isoflavones peuvent faire, en raison de l’absence de preuves d’efficacité convaincantes et des préoccupations concernant la sécurité à long terme de ces composés. Depuis 2012, il est interdit aux compléments alimentaires contenant des isoflavones de prétendre favoriser la qualité des cheveux, la tonicité de la peau, le bon fonctionnement des articulations, ou le soulagement des symptômes vasomoteurs liés à la ménopause​​.

Risques potentiels

En outre, l’utilisation de phytoestrogènes pourrait comporter des risques similaires à ceux des estrogènes du traitement hormonal de substitution, notamment pour les femmes ayant des antécédents de cancer du sein ou de l’utérus. Soyez donc prudent, et toute utilisation de compléments à base de phytoestrogènes devrait se faire sous la surveillance d’un professionnel de santé​​.

La DHEA : un potentiel sous condition

La déhydroépiandrostérone (DHEA) est une hormone naturellement produite par les glandes surrénales. Elle sert de précurseur à la fois pour les androgènes et les œstrogènes, les hormones sexuelles mâles et femelles. Avec l’âge, la production de DHEA dans le corps diminue, une baisse qui coïncide souvent avec l’apparition des symptômes de la ménopause. Cela a conduit à l’exploration de la DHEA sous forme de complément alimentaire comme une possible solution pour atténuer ces symptômes.

Efficacité de la DHEA

La DHEA a été étudiée pour son potentiel à améliorer divers symptômes associés à la ménopause, tels que la sécheresse vaginale, la libido, la densité osseuse, et même certains aspects du bien-être psychologique. Les résultats des recherches suggèrent que la DHEA peut avoir des effets bénéfiques, particulièrement chez les femmes de plus de soixante-dix ans, en améliorant la sécheresse de la peau et du vagin​​. Cependant, ces effets ne sont pas universels, et l’efficacité de la DHEA peut varier d’une personne à l’autre.

Conditions d’utilisation

L’utilisation de la DHEA comme complément alimentaire doit être abordée avec prudence. Sa conversion en hormones sexuelles étant complexe, elle peut avoir des effets imprévisibles sur l’équilibre hormonal. De plus, en raison de son potentiel à augmenter les niveaux d’œstrogènes et d’androgènes, son utilisation pourrait ne pas être appropriée pour toutes les femmes, notamment celles ayant des antécédents de certains types de cancer.

Préoccupations de sécurité

La sécurité à long terme de la DHEA reste une préoccupation majeure. Bien qu’elle soit commercialisée comme un complément anti-âge et utilisée pour traiter les symptômes de la ménopause, les preuves cliniques appuyant son utilisation sûre et efficace sont limitées. Les risques potentiels, y compris les effets sur les marqueurs cardiovasculaires et le risque de cancer, doivent être soigneusement évalués​​.

Recommandations

Les professionnels de santé recommandent une approche individualisée pour l’utilisation de la DHEA. Avant de commencer un traitement à base de DHEA, il est crucial de discuter avec un médecin qui peut évaluer les avantages potentiels par rapport aux risques, en tenant compte de l’historique médical individuel et des symptômes actuels. Des examens réguliers et un suivi médical sont essentiels pour surveiller l’impact de la DHEA sur le corps et ajuster le dosage si nécessaire.

Les promesses non tenues de l’igname sauvage et de la vitamine E

Dans la quête de solutions naturelles pour atténuer les symptômes de la ménopause, on présent souvent l’igname sauvage et la vitamine E comme des alternatives prometteuses. Cependant, la réalité scientifique derrière ces affirmations révèle une efficacité moindre que celle espérée, soulignant l’importance d’une approche basée sur des preuves dans le choix des compléments alimentaires.

L’igname sauvage : entre mythe et réalité

L’igname sauvage, ou « yam », aurait des supposées propriétés bénéfiques sur les symptômes de la ménopause. Cette plante est riche en diosgénine, un composé souvent promu comme un précurseur naturel des hormones sexuelles. Cependant, le corps humain ne possède pas les enzymes nécessaires pour convertir la diosgénine en hormones de manière efficace. Ainsi, malgré les promesses, les compléments à base d’igname sauvage n’ont pas démontré d’efficacité clinique dans le soulagement des symptômes de la ménopause, rendant leur utilisation plus basée sur le mythe que sur la réalité médicale​​.

La vitamine E : pas la panacée espérée

On connait également la vitamine E pour ses avantages potentiels contre les bouffées de chaleur et la protection cardiovasculaire chez les femmes ménopausées. Bien que la vitamine E soit un antioxydant essentiel présent naturellement dans de nombreux aliments et nécessaire au corps, les études sur son utilisation spécifique dans le traitement des symptômes de la ménopause ont donné des résultats mitigés. Il semble que les suppléments de vitamine E n’offrent pas les avantages significatifs espérés pour la majorité des femmes, et un apport excessif pourrait même présenter des risques, augmentant la mortalité dans certains cas​​.

Approche critique et précautions

Ces exemples soulignent l’importance d’une approche critique et informée dans le choix des compléments alimentaires pour la ménopause. La popularité d’un remède naturel ne garantit pas son efficacité, et les décisions devraient toujours se baser sur des preuves scientifiques solides. De plus, la consultation d’un professionnel de santé est essentielle pour évaluer les bénéfices potentiels et les risques associés à l’utilisation de tels compléments, en tenant compte du profil de santé individuel et des interactions possibles avec d’autres traitements.

Endophospholipides et gelée royale : entre mythe et réalité

Dans la quête de solutions naturelles pour alléger les symptômes de la ménopause, les endophospholipides et la gelée royale ont suscité un intérêt particulier. Ces composés sont souvent vantés pour leurs effets bénéfiques potentiels, allant du soulagement des bouffées de chaleur à l’amélioration de la santé globale. Pourtant, une analyse rigoureuse révèle un écart notable entre les promesses marketing et les preuves scientifiques disponibles.

Les endophospholipides : promesses sans preuve

Les endophospholipides, un mélange d’acides gras insaturés riches en oméga-3, sont promus pour leur capacité à soulager les symptômes de la ménopause. Cependant, malgré les affirmations concernant leur efficacité, les recherches cliniques soutenant ces allégations sont remarquablement faibles. Pour l’instant, aucune étude clinique solide ne vient appuyer l’idée que les endophospholipides peuvent effectivement soulager les symptômes ménopausiques de manière significative​​.

La Gelée Royale : un complément contesté

la gelée royale

Quant à la gelée royale, ce produit de la ruche aurait des propriétés revitalisantes et on le présente souvent comme un superaliment pouvant atténuer les désagréments de la ménopause. Toutefois, ici aussi, les preuves cliniques sont insuffisantes pour confirmer ces bienfaits.

D’ailleurs, depuis 2012, les autorités sanitaires européennes ont même interdit aux compléments alimentaires contenant de la gelée royale de prétendre soulager les désagréments de la ménopause, faute de preuves d’efficacité convaincantes​​.

Entre mythe et réalité : l’importance des preuves scientifiques

Cette situation met en évidence l’importance cruciale de distinguer les faits basés sur des preuves scientifiques des affirmations marketing non vérifiées. Tandis que l’idée d’une solution naturelle et efficace contre les symptômes de la ménopause est séduisante, les décisions de santé devraient toujours reposer sur des données fiables et vérifiées.

Consultation professionnelle

Avant de se tourner vers des compléments alimentaires comme les endophospholipides ou la gelée royale pour gérer les symptômes de la ménopause, il est impératif de consulter un professionnel de santé. Un médecin peut offrir une évaluation basée sur les dernières recherches scientifiques et aider à élaborer un plan de traitement adapté et sécurisé, évitant ainsi les risques associés à l’utilisation de produits dont l’efficacité et la sécurité ne sont pas clairement établies.

Le Calcium : un allié pour les os

Le calcium joue un rôle crucial dans le maintien de la santé osseuse, surtout pendant et après la ménopause. À cette période de la vie d’une femme, la diminution des niveaux d’œstrogènes accélère la perte de densité osseuse, augmentant le risque d’ostéoporose et de fractures. L’intégration du calcium dans le régime alimentaire ou par le biais de compléments alimentaires est donc une stratégie clé pour contrebalancer cette vulnérabilité osseuse.

Importance du calcium pour les femmes ménopausées

Le calcium est essentiel pour construire et maintenir des os forts. Durant la ménopause, l’absorption de calcium par le corps devient plus difficile, ce qui rend son apport encore plus vital. Ainsi, les autorités de santé recommandent une consommation journalière accrue pour les femmes ménopausées, généralement d’au moins 1 200 mg par jour, pour aider à prévenir la perte de masse osseuse​​.

Sources de calcium

Le calcium peut s’obtenir à partir de sources alimentaires, notamment les produits laitiers (lait, yaourt, fromage), certains légumes à feuilles vertes (brocoli, chou frisé), et des aliments enrichis ou des suppléments. La diversification des sources de calcium est importante pour assurer une absorption optimale et pour répondre aux besoins quotidiens sans s’appuyer exclusivement sur les suppléments.

Suppléments de calcium : avantages et précautions

calcium

Les suppléments de calcium peuvent être un moyen efficace de combler les lacunes nutritionnelles, surtout lorsque l’apport alimentaire est insuffisant. Cependant, leur utilisation doit être équilibrée et prudente. Un apport excessif en calcium, particulièrement sans l’accompagnement de vitamine D (qui aide à l’absorption du calcium), peut entraîner des risques de calculs rénaux et d’autres problèmes de santé. Il est donc essentiel de discuter de l’utilisation de suppléments de calcium avec un professionnel de santé pour déterminer la dose appropriée et éviter les interactions avec d’autres médicaments.

Risques et recommandations

L’utilisation de compléments alimentaires contre la ménopause, bien que bénéfique pour certaines, n’est pas sans risques. Il est crucial de considérer ces risques et de suivre des recommandations basées sur des preuves pour assurer une prise en charge sûre et efficace des symptômes de la ménopause.

Risques associés aux compléments alimentaires

risques des compléments alimentaires
  • Interactions médicamenteuses : Certains compléments peuvent interagir avec des médicaments prescrits, altérant leur efficacité ou exacerbant leurs effets secondaires.
  • Effets secondaires : Même les produits naturels peuvent provoquer des effets indésirables, allant de légers troubles digestifs à des réactions plus sévères.
  • Qualité et pureté variables : La qualité des compléments alimentaires peut varier considérablement entre les marques, certains pouvant contenir des contaminants ou ne pas contenir les niveaux d’ingrédients indiqués sur l’étiquette.

Recommandations pour une utilisation sécurisée

  1. Consultation médicale : Avant de commencer tout nouveau complément, il est impératif de consulter un professionnel de santé. Cette étape permet d’évaluer les bénéfices et les risques en fonction de votre état de santé général et de votre historique médical.
  2. Recherche et sélection rigoureuses : Choisissez des compléments de marques réputées et certifiées par des tiers pour garantir leur qualité et leur pureté. Recherchez des produits ayant fait l’objet d’études cliniques.
  3. Prudence avec les phytoestrogènes : Pour les femmes ayant des antécédents de cancer du sein ou de l’utérus, soyez prudente avec les produits contenant des phytoestrogènes. Les recommandations officielles déconseillent l’utilisation de ces produits pour ces femmes en raison des risques potentiels.
  4. Suivi régulier : Une fois que vous commencez à prendre un complément, un suivi régulier avec votre médecin est crucial pour surveiller l’efficacité du traitement et identifier rapidement tout effet secondaire ou interaction médicamenteuse.
  5. Dose appropriée : Respectez scrupuleusement la posologie recommandée pour éviter les surdosages, qui peuvent être nocifs. L’excès de certaines substances, comme le calcium, peut entraîner des problèmes de santé graves.

Conclusion

Les compléments alimentaires peuvent offrir un soutien dans la gestion des symptômes de la ménopause, mais leur utilisation doit être approchée avec une compréhension claire des potentiels risques et bénéfices. Une démarche informée et prudente, guidée par des conseils médicaux professionnels, est alors essentielle pour naviguer en toute sécurité dans les possibilités de traitement disponibles pour la ménopause.

A propos Nathalie Leclerc 1035 Articles
Nathalie Leclerc est une journaliste spécialisée en santé et médecine, mère de deux enfants et fervente adepte d'un mode de vie sain et écologique. Elle combine son expertise en santé familiale et nutrition avec un engagement pour les produits bio et le ménage écologique, offrant des conseils pratiques et éclairés à ses lecteurs. Sa passion pour un bien-être accessible et durable fait d'elle une ressource précieuse pour naviguer dans les défis de la santé moderne.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*